CRITIQUE : Terminator Renaissance

Publié le: juin 11 2009 par Zhykos
Un nouvel épisode plein de surprises, de l’action à gogo, un bon divertissement mais j’aurai préféré plus …

Après le premier film mythique, magnifique, un deuxième vraiment pas mal, un troisième complètement pourri, j’avais un peu peur en allant au cinoche dimanche dernier. J’ai donc utilisé ma place gratuite comme ça, pas de regret … En fait, malgré mes doutes, ce film a dépassé mes attentes.

Ce Terminator poursuit la suite logique des 3 derniers : on se situe dans un futur proche, en 2018, après le Jugement Dernier qui, je le rappelle, est le jour où la Terre fut bombardée par des têtes nucléaires gentillement commandées par les machines. S’ensuit une rébellion des survivants humains, les machines envoyèrent un de leurs semblables pour empêcher John Connor de diriger la résistance, en vain, mais je ne vous apprends rien. Ce que je vais peut-être vous apprendre c’est que les machines ont plus d’un tour dans leur sac et ils ont un plan ! Merde me plante de truc, ça c’est le slogan de Battlestar Galactica ^^

Bref c’est toujours la même chose, et pour arrêter Connor, Skynet tente de créer quelque chose de nouveau : le Cylon, euh … un T800 modifié ! Le T800 est le dernier modèle au top (rappel : Swarzy est aussi un T800) des usines Skynet : jantes en alu et j’en passe. Le modèle expérimental est en gros un mix d’un condamné à mort avec T800 (voir la photo) et voili voilou The Bad Guy ! Ce robot est donc doté d’un cœur et de sentiments : « c’est pour mieux t’approcher John ! » Le soucis est qu’il n’a pas conscience de ce qu’il est et c’est là qu’est l’un des intérêt du film.

Je ne vous cache pas que les scènes d’actions sont très bien réussies : ça pète dans tous les sens, les effets spéciaux sont remarquables. Par contre on tombe dans le même schéma que Star Trek : ça démarre à fond pour relâcher la vapeur après, pour enfin sortir le grand jeu sur la fin. On a donc tendance à s’ennuyer un peu en milieu de partie quand on suit Marcus et Kyle. A part ça, la mise en scène et le scénario sont travaillés pour arriver au point de non retour : la machine va-t-elle tuer John ou pas ? Elle rencontre bon nombre de fois Kyle et John, père & fils, sans rien tenter mais lorsque Marcus se connecte à Skynet c’est autre chose mais je ne vous en dit pas plus !

Pour résumer tout ça, Terminator Renaissance est un bon film d’action, juste d’action. Pousser le côté torturé de John, comme dans Terminator The Sarah Connor Chronicles, aurait été préférable car c’est ce type de scénario qui colle bien à ce genre de film, comme Terminator 1 quoi … C’est un film divertissant, faisant beaucoup de références appréciables aux anciens mais qui ouvre la perspective à être suivi de nouveaux long métrages (ce qui sera le cas). Skynet est loin de nous lâcher la grappe … mais je n’hésiterai pas à aller les voir.

Note : 7 / 10.

Filed under: Nozzhy
Tags: , ,

7 Commentaires to “CRITIQUE : Terminator Renaissance”

  1. Aleks dit :

    Je n’ai pas encore été le voir, cela ne devrait pas tarder ;) Merci pour la critique

  2. Théo dit :

    Je n’ai jamais vu un seul terminator… Mais je vais me rattrapé car je vais le voir ce soir, dans la séance de 21h00 ^^ j’ai vraiment hâte car tout ce qui touche a la modernité Me fait tripé !(Battlefield 2 en l’occurrence, est un jeu basé sur la guerre moderne, pas de seconde guerre mondiale ! OUF !! ;) )

  3. Tequila dit :

    Si tu ne connais pas le Blog de la Sorcière (www.blogsorciere.com), je ne peux que te conseiller d’aller y faire un tour de temps en temps ;)

  4. Zhykos dit :

    @Tequila
    Merci du lien, c’est un blog super intéressant pour les fans de séries ;)

  5. Théo dit :

    mouais, bonne impression du film, mais je n’ai pas trop suivi T_T
    En fait j’étais moitié psp, moitié film car il y eu des moment ou je me fessai vraiment chier, alors j’ai commencé une partie de gta vcs 8)

  6. Zhykos dit :

    @Théo
    C’est vrai que le film n’est pas trop intéressant au milieu mais sortir la PSP c’est abusé ^^

Laisser un réponse

*

*


− trois = 3