TEST : Far Cry 2 sur Xbox 360

Publié le: mai 31 2009 par Zhykos

J’ai acheté ce jeu il y a quelques temps et j’ai enfin réussi à me faire une idée afin de vous faire partager mes impressions. Ubisoft nous a donc ressorti un très bon jeu où quelques défauts viennent ternir la note. Voyons tout cela en détail.

La série des Far Cry est connue pour avoir été l’une des toutes premières séries de FPS à offrir aux joueurs une immense zone de jeu. En 2004, Crytek nous avait sorti les petits plats dans les grands dans une énorme jungle peuplée de bestioles et humains qui ne voulaient pas vous laisser faire du tourisme tranquillement. Après quelques épisodes plus ou moins ratés (Instinct, Predator …), Ubisoft nous pond un deuxième opus dans un tout nouvel environnement : l’Afrique. En octobre 2008, Far Cry 2 sortait. La zone de jeu se voyait agrandie et les possibilités offertes aux gamers aussi.

Quoi on dit des chacaux ?

Petite blagounette pour parler de l’histoire. Vous êtes André Hyppolite, un mercenaire avec un nom de merde mais de renommé ! Vous but est de tuer un marchand d’arme qui sème la désolation en Afrique dont le nom est : Le Chacal. Celui-ci est vraiment bien planqué et on ne le croise quasi jamais. Un caché croisé à la recherche de notre butin à deux jambes s’installe alors et c’est parti pour des heures de jeu. Les « chacaux », on va en rencontrer des tonnes et ne vous attendez pas à ce qu’ils vous laissent passer votre chemin.

Une drôle de façon de faire du tourisme.

Une des premières choses que j’ai remarqué dans Far Cry 2, c’est qu’il ne se joue pas comme tous les FPS. J’ai l’impression qu’Ubisoft a voulu faire de ce jeu, une expérience où on se sent vraiment dans la peau du personnage. On retrouve donc des choses auxquelles j’avais déjà pensé et qui enrichissent énormément le jeu. Par exemple, pour ouvrir une porte, on voit la main prendre la poignée et tourner, pour ramasser une arme on s’accroupit et on la prend, etc. De plus les mouvements du héros sont un peu plus lent que d’autres jeux, on a donc affaire à une simulation plutôt que de l’arcade et j’apprécie fortement cela. Les décors et autres sont si vrai que si le perso ne l’était, cela aurait fait perdre de la crédibilité au jeu. Mise à part la déplacement un peu plus lent du joueur, on retrouve les recettes habituelles d’un FPS : visée à l’aide du stick droit, tir et visée avec les gachettes, armes sur le BMD, etc.

Le système de vie est bien pensé : une barre de vie divisée en bloc se situe en bas à gauche. Si elle est vide, c’est la mort. Si votre jauge se situe dans le dernier carré, votre vie va baisser petit à petit comme si c’était vos derniers instants, à ce moment on essaie à tout prix de se cacher pour se soigner sinon bye bye. En effet à ce moment il ne suffit pas d’appuyer sur LB pour se remettre d’aplomb car ce qu’il se passe est souvent assez pas beau à voir. Dans ces moments de douleurs, une balle peut s’être logée dans votre bras, le héros met donc le doigt dans le trou pour pousser la balle. Sinon on retire les balles avec le couteau papillon ou on remet son bras cassé en place… J’adore ! Durant les autres moments, on se met juste une petite picouse et c’est reparti comme en 40.

Du matos à gogo.

Du côté des armes, l’arsenal est bien fourni avec 3 types différents de matos qui vont du plus petit au plus gros. Dans les petits, on compte les flingues simples. Dans les moyens, c’est la gamme des AK47, G3, fusils à pompe, snipers … Enfin dans les gros, ce sont les fusils hypodermiques, lance patates, lance roquettes, etc. Bien-sûr dès lors que vous tuez quelqu’un, son attirail est ramassable mais attention à la qualité ! Et oui Ubi a pensé à tout car en Afrique (ou ailleurs), les armes non plus n’ont pas de repos et elles peuvent vous lâcher à tout moment. Regarder l’état global de l’arme avant de la ramasser est donc une opération quasi automatique à chaque fois. Ça m’est arrivé de foncer dans le tas et paf l’arme s’enraille, le pétard était vide et il me restait le lance roquette : ça pique dans ce cas ! Les armes peuvent être remises en état en bourrinant le bouton X mais cela est temporaire jusqu’à ce qu’elle tombe en rade de nouveau.

Si vous ne voulez pas être embêté avec les armes, un tour chez l’armurier est de mise. Celui-ci vous vend des armes en échange de diamants. Le fait d’acheter une arme la débloque et il est possible d’aller la chercher dans l’entrepôt se situant à côté. Des améliorations pour chaque arme sont aussi en vente. De même pour les seringues, les grenades, les véhicules, tout est « upgradable« . Enfin si vous ne trouvez pas votre bonheur, l’armurier vous propose de temps en temps des missions pour débloquer de nouvelles armes.

Tu montes bébé ?

Une autre caractéristique importante de Far Cry 2 est que tous les véhicules sont conductibles (sauf les bus). Les missions nous demandent toujours d’aller super loin alors sans véhicule, la tâche devient très vite galère et c’est là le gros point noir du jeu. Pour réaliser une mission, il faut souvent rouler plusieurs minutes pour arriver à bon port et parfois il faut faire demi-tour pour dire au commanditaire que c’est bon. Et ça, ça me saoule ! De plus, si par malheur, on passe dans l’au-delà entre temps, on repasse par la case départ, et dans le cul les 20000 francs : on recommence tout (du moins à partir de la dernière sauvegarde) ! Et oui, aucune sauvegarde automatique n’existe et c’est bien dommage. Un réseau de bus existe pour nous emmener aux 4 coins de la map, ou au centre mais ne c’est pas assez à cause d’un gros problème super chiant.

Ce problème est vraiment tout con mais je n’ai toujours pas compris pourquoi il est là. Sur la route, on croise de temps en temps des postes de gardes, jusque là tout va bien. Pour passer, le plus simple est de foncer mais il est aussi possible de tuer tout le monde pour le débloquer. Dans ce cas, des munitions, de la vie peuvent être récupérées ce qui est super. Mais même après avoir vidé ces postes, les gardes reviennent au passage suivant. C’est super nul car on doit toujours faire face à une vive opposition à chaque fois ce qui retarde notre avancée. Encore une façon de rallonger la durée de vie sans prendre en compte notre frustration.

QI proche du zéro.

Je viens de dire « vive opposition » mais ce n’est pas vraiment ça. Ce serait plus : « vive incompréhension« . En fait on se fait souvent avoir par l’IA car elle agit de façon super bizarre. On a donc des personnages avec un raisonnement complètement anormal et ça perturbe. Par exemple dès que j’arrive sur un poste de garde, j’ai toujours un jeep équipée d’une M249. J’appuie sur A et je me retrouve sur la batteuse pour allumer tout ce qui bouge. Je me suis bien-sûr incrusté au beau milieu du camp pour tous les avoir. Leur comportement est simple : se déplacer de droite à gauche et tirer dès qu’ils sont à découvert. Ils n’essaient pas de m’encercler et restent sous le feu nourri de ma mitrailleuse lourde. Des fois ils sont un sursaut d’intelligence : ils vont chercher la jeep qui se trouve au fond du camp et viennent me foncer dedans en tirant. On dirait qu’ils ne cherchent pas à me tuer car le chauffeur ne fait que me foncer dedans, après il attend. Si le tireur meurt, un bug survient et il se trouve debout sur la mitrailleuse et commence à tirer … En gros la difficulté du jeu vient du fait que l’IA sache très bien viser.

C’est chiant mais qu’est ce que c’est bon !

Malgré ces soucis, le jeu est très agréable. Agréable au touché, à l’œil, à l’oreille. J’ai déjà parlé du gameplay qui est très bien fait. Le graphisme lui est magnifique. L’environnement de savane africaine est très très bien réussie. La faune et la flore est vraiment détaillée et parfois je me crois là bas. Je n’arrive pas à décrire tellement c’est beau ^^. De plus les interactions que l’on a avec l’environnement sont aussi très réalistes : certains arbres tombent, certains décors sont destructibles et le plus réussi est le feu. Il suffit de jeter un cocktail molotov dans la savane et c’est parti pour un barbecue géant ! C’est très drôle de jouer avec les ennemis avec ce système mais attention car mère nature est imprévisible. Se faire tuer par ses flammes est une option à ne pas oublier, croyez moi. La bande sonore est discrète mais colle parfaitement à l’action. Rien à dire de plus …

Pour finir la durée de vie doit être énorme car de nombreuses missions sont disponibles. Celles-ci se séparent en différentes catégories : missions pour les groupes locaux, missions d’assassinat, missions partenaire. Les objectifs sont assez variés pour ne pas rentrer dans la même rengaine mais comme je l’ai déjà dit, il faut beaucoup bouger alors chaque mission prend du temps. De plus si vous voulez débloquer certains succès, il ne faut pas trop avancer dans le jeu car il est impossible de se promener après la fin. Une partie complète doit donc avoisiner les 30 heures. Personnellement, je suis à environ 8 heures de jeu et j’ai l’impression de n’avoir pas avancer dans l’histoire principale car j’enchaîne mission secondaire sur mission secondaire, le tout entrelacé de recherche de diamants.

A plusieurs c’est toujours mieux …

… quoi que. J’ai aussi essayé le multijoueurs pour me faire une idée. Différents modes existent : match à mort, match à mort par équipe, et d’autres dont je n’ai plus le nom en tête. Ma première impression fut malheureusement très mauvaise. Un système d’hôte est mis en place et la partie ne se lance que si tout le monde est prêt, à la condition qu’il y ait assez de joueurs, normal. Le problème est que si l’hôte est d’humeur casse c*******, la partie ne se lance jamais. Par exemple, dans la partie, un gros con (désolé mais là c’est justifié. En plus il était Français) avait décidé de faire un vote pour changer de carte tout le temps ! On a donc mis 10 minutes avant de jouer … Ubisoft aurait dû implanter un système comme dans Halo ou Call of Duty où le changement de map ne peut être voté qu’une seule fois. Ensuite le jeu reste fidèle à la campagne, donc rien à dire de plus. Un éditeur de carte bien rempli a aussi été créé et il est possible de les partager sur le live : sympa !

Conclusion.

Far Cry 2 est un très bon jeu malgré des allers et retours incessant en voiture lors de la campagne ce qui me fruste vraiment. Un système de sauvegarde auto et une IA plus poussée auraient été la bienvenue. Le multijoueurs n’est pas assez travaillé et c’est fort dommage car les idées de base sont vraiment bonnes et l’apparition de certains modes inédits auraient pu attirer plus de joueurs car les serveurs ne sont pas très peuplés. Heureusement que le graphisme et le gameplay viennent rattraper tout ça mais cela sera corriger dans une éventuelle suite, enfin j’espère.

Note : 7 /10.

Filed under: Test
Tags: , , , ,

3 Commentaires to “TEST : Far Cry 2 sur Xbox 360”

  1. Aleks dit :

    Je ne l’ai pas encore mais les graphismes sont vraiment pas mal et donnent envie ;)

  2. Théo dit :

    très bonne note 7/10, mais j’ai déjà la PS a réparé, alors sa sera pour une autre fois

  3. Zhykos dit :

    En fait, la note est relativement basse quand on voit les idées. Seulement l’IA bête, les sauvegardes, les aller-retours interminant et le multi moyen baisse tout ça. Dommage car il aurait pu choper un 8.5 …
    Sinon c’est quand même un excellent jeu.

Laisser un réponse

*

*


cinq + = 10