TEST : Halo 3 ODST sur Xbox 360

Publié le: sept 23 2009 par Zhykos
Image

Et oui, comme promis, voici le test de Halo 3 ODST le lendemain de sa sortie officielle (je devais mettre en ligne ce test hier mais j’ai oublié ma clef USB chez moi ..). Comme je l’avais réservé, Micromania m’a aussi réservé une surprise en m’appelant samedi midi pour me dire que le jeu était disponible. Comme le magasin est à juste 500 mètres de chez moi, j’ai couru le chercher et à moi l’après-midi d’associal sur ce jeu très attendu.

Je vais faire un rappel super rapide sur l’univers de Halo. Halo est un jeu qui se déroule dans les années 2500. La Terre a entreprit une vaste colonisation de différentes planètes au travers de l’univers et le tout est contrôlé par l’UNSC (United Nations Space Command). Ving-cinq ans environ avant Halo 1, la paix était perturbée par une énorme guerre civile. Le sergent Jonhson faisait partie des soldats combattant les rebelles et lors d’une embuscade il rencontra pour la première fois les aliens : les Covenants. Le Covenant est une alliance de plusieurs races telles que les Sangheili (Élites), Jiralhanae (Brutes), Unggoy(Grognards) et j’en passe. Et comme vous le savez, les Covenants, poussés par les Prophètes, veulent entamer ce qu’ils appellent le Grand Voyage. Celui-ci est possible en activant un Halo, ce qui aura pour but de détruire toute vie servant de nourriture aux Floods. Bien-sûr les Covenants ne le savent pas, sauf les Élites à la fin de Halo 2. Lors des trois précédents jeux, nous avons empêché l’activation d’anneaux aux quatre coins de l’univers mais cette fois notre but sera complètement différent : il faut découvrir pourquoi les Covenants sont sur Terre et recherchent quelque chose au bon milieu de la Nouvelle Mombasa.

Image

On incarne donc les membres d’une escouade d’ASCO qui sont au nombre de 6, dont 5 sont jouables durant la campagne. Le Bleu, Dutch, Buck, Romeo et Mickey ont tous un caractère bien à eux et la façon de jouer avec chacun diffère tout au long des 10 missions proposées. En effet le gameplay change un peu, vraiment un peu, selon tel ou tel personnage. Quand je parle de gameplay, je parle de comment on joue en fonction de notre environnement. Avec Dutch, les phases d’action seront beaucoup plus basées sur du shoot gros calibre (lance roquettes, laser) alors qu’avec Romeo, ça sera du sniper. Au niveau du gameplay pure, on retrouve exactement les mêmes recettes qui ont fait le succès de Halo 3 : ce sont exactement les mêmes boutons ! Les seules différences viennent du fait que X active le VNA (vision nocturne améliorée), les flèches haut et bas du BMD vous affiche une aide et le bouton Back ouvre la carte.

Je n’ai pas pu mettre de capture de la carte tellement elle est énorme ! Vous allez tout de suite me dire que comparé à Fallout 3 c’est de la merde, mais je réponds que pour du Halo, c’est énorme. Lars nous avait prévenu lors du Fan Day : il s’agit de la plus grande carte créée par Bungie et il n’a pas menti. Au départ cette carte n’est pas accessible à cent pour cent mais elle se débloque au fur et à mesure de notre progression. La durée de vie dépend donc énormément de notre progression de cette ville complètement ouverte. Vous pouvez passer des heures à vous promener et buter du Covenant comme bon vous semble. De plus les apparitions des Convenants dans la ville ne semblent pas être programmées : on croise de temps à autres des Phantoms et parfois ils se posent pour nous amener un peu de compagnie. Malgré la taille de la carte, il est totalement impossible de se perdre : la carte s’ouvre rapidement avec Back et un effet 3D du plus bel effet apparait. Une boussole et des points de passage personnalisables sont disponibles donc pas d’excuse !

Le jeu se veut alors totalement libre et aléatoire. Il m’est arrivé d’aller de mission en mission sans combattre en évitant les patrouilles. Je viens de lâcher une part importante du jeu : le découpage en missions. Si vous avez lu quelque part (ici j’espère) les différentes previews du jeu, vous devez être au courant que ODST se base sur un système de flashbacks. Pour être plus précis, le jeu se base sur Le Bleu. Durant la phase de largage vers la Nouvelle Mombasa, tous les soldats ont été disséminés un peu partout à cause d’une explosion. Le Bleu est le dernier à se réveiller et il est tout seul. En parcourant les rues sombres remplies de ouech ouech Covenants, le Bleu devra découvrir ce qu’il s’est passé durant sa sieste. Dès qu’il découvre un indice (fusil sniper de Romeo, explosif de Dutch, casque de Dare), le jeu s’arrête et on joue le protagoniste ainsi que son histoire qui amena à laisser un indice derrière lui. Ce mécanisme très très bien pensé et réussi nous plonge vraiment dans la peau des perso et j’ai vachement aimé !

Il n’y a pas vraiment de réel changement entre Halo 3 et ce ODST à part l’apparition de quelques armes et la disparition d’autres. Comme promis la SMG silencieuse et le Pistolet de Halo 1 revisité sont de la partie pour notre plus grand plaisir. A vrai dire, le gun est une arme énorme ! On retrouve aussi le pistolet plasma brute de Halo 2 qui avait disparu dans Halo 3. Ceci s’explique qu’aucun Élite n’est visible dans ODST : on ne se bat que contre des brutes et toute la clique Covenant bien-sûr. Concernant la grosse disparition, il s’agit donc du B.R. (pour Battle Rifle, ou Fusil de combat) qui nous fait un joli sayonara à ma grande déception. Sinon au niveau du bestiaire, rien d’anormal mis à part l’absence des Elites. Enfin si, on croise de temps à autre des Ingénieurs. Ces bêtes sont totalement inoffensives mais ont tendance à soigner ses confrères et ils explosent quand ils meurent ! De plus les ingénieurs ont un rôle très important dans ODST mais chut !

Maintenant que le décor est posé, je ne vais pas aller plus loin dans les détails sous peine de trop en dévoiler car ça me démange :) Parlons de choses plus techniques. J’ai précédemment parlé du gameplay sans rentrer dans le détail. Comme je l’ai dis, c’est pareil que Halo 3, mais en différent ! Les personnages sont plus lents, moins forts, sautent moins haut et meurent plus facilement. Du coup on est obligé de jouer beaucoup moins bourrin même si en difficulté normal ça passe, oubliez ça en légendaire ! N’oubliez pas non plus que vous ne portez pas d’armure Mjolnir donc ne comptez pas à ce que votre « vie » remonte toute seule. Ici pas de bouclier qui se régénère : vous avez une barre de vie et vous pouvez vous soignez seulement dans des points spéciaux prévu pour cet effet. En plus de votre santé, vous avez votre endurance à gérer. Celle-ci est « représentée » par l’écran qui se rougit si cela ne va pas bien : mettez-vous à couvert pour vous remettre d’apoint. Tout cela rend le jeu un peu plus dur si vous n’êtes pas habitué mais si vous trouvez le jeu trop simple, il est possible d’activer 12 crânes différents (Fer, Œil Noir, Mauvaise Étoile, Attrape, Famine, Orage, Tilt, Mythique, Aveugle, Cloche, La Fête des Grognards ou Je Pourrais Être Ton Père). En résumé, c’est difficile de jouer comme dans Halo quand on ne contrôle pas de Spartan.

Dans la technique, on peut aussi parler des graphismes. Je n’ai pas noté de modification notable entre ODST et Halo 3. Les couleurs sont ici un peu plus sombres, les textures peut-être un peu mieux réussi mais j’avoue avoir du mal à trouver des différences. Même si le moteur du jeu commence à se faire vieux, ce jeu ne sera certes pas le plus beau pour cette année mais en tout cas, Bungie maitrise son moteur maison à merveille (j’attends avec impatience la prochaine version qui sortira pour Halo Reach). En ce qui concerne la bande originale, il n’y a rien à dire : comme d’habitude elle est orchestrée par Martin O’Donnell et c’est une merveille ! Pour moi les Halo ont la meilleure B.O. de tous les jeux vidéos.

Image

Parlons maintenant un peu du mode Firefight (ou Baptême du Feu pour les gens pas « in »). Je l’ai déjà largement présenté lors du compte rendu du Fan Day mais je vais quand même le résumer vite fait. Il s’agit d’un mode où des vagues infinies de Covenants viennent et il faut survivre le plus longtemps possible. Lors de la preview, les niveaux étaient limités à 10 minutes, ne vous inquiètez pas, ici le temps est infini ou presque (vous mourrez bien un jour quoi). Il y a donc en tout 10 cartes pour ce mode dont deux seront jouables de nuit. Il y a tous les personnages de la campagne qui sont jouables (certains sont à débloquer, idem pour les maps) et il est possible de jouer avec le sergent Johnson si on vous a donné un code lors de la réservation ou de l’achat (ce qui fut mon cas).

Les crânes d’argent sont activables pour pimenter un peu les parties alors que les crânes d’or s’activent tout seul au cours de la partie : Mauvaise Étoile (esquives des grenades, etc.), Attrape (plus de grenades ennemies) et Œil Noir (gagner de l’endurance en frappant les ennemis) s’active en début de Manche ; Tilt (blindés vulnérables aux balles alors que les autres le sont aux armes plasma), Famine (moitié des munitions) et Mythique (santé ennemie x2) s’activent en début de Jeu ; Fer (pas de résurection) n’est actif que durant les manches bonus. Ces activations s’accumulent bien-sûr tout au long des multiples vagues (1 manche = 5 vagues. 1 jeu = 3 manches. A la fin d’un jeu, il y a une manche bonus). Le mode Firefight est donc super plaisant à jouer et je pense qu’il va jouer un grand rôle dans la réussite de ce titre.

Comme promis, Bungie, nous file en plus tout le multijoueur de Halo 3 avec toutes les cartes sorties à ce jour plus les trois dernières du pack mythique. Ces maps aux doux noms de Citadelle, Hérétique et Littoral sont toutes sympa sauf Citadelle où j’ai du mal à accrocher… Il faut juste de je goute au multi sur ces cartes pour me faire un réel avis. La seule chose que je peux dire c’est que j’ai tout de suite accroché sur Littoral car elle comprend un décor tout à fait apte pour du machinima. Vous trouverez ci-dessous des captures des cartes dans l’ordre où je les ai cité plus tôt. Vous remarquerez que la deuxième n’est qu’un remake de Midship de Halo 2.

J’ai enfin terminé ! Pour conclure, Halo 3 ODST est un très bon jeu à condition d’hausser un peu le niveau (héroïque au minimum) ou de jouer entre potes en liaison Xbox Live que ce soit sur la campagne ou en Firefight. Si vous voulez vous la jouer solo (comme moi car j’ai toujours pas le net), la durée de vie est pitoyable, c’est pourquoi ce jeu tire tout son potentiel à l’aide du Xbox Live. En plus Halo 3 (juste le multijoueurs) est fourni avec toutes les cartes pour un total de 50€ donc je ne sais pas ce qui pousse encore à réfléchir !

A bientôt pour des parties de Firefight endiablées !

Note : 7 /10.

Filed under: Test
Tags: , , , , ,

5 Commentaires to “TEST : Halo 3 ODST sur Xbox 360”

  1. Cosmic Frog dit :

    Merci pour ce test bien complet ! Les avis divergent pas mal sur ODST dans la blogosphère, donc c’est un peu dur de se faire un opinion tranchée^^

    Je vais le mettre en liste d’attente je pense, car la durée de vie me semble excessivement faible !

  2. Zhykos dit :

    C’est vrai que ça doit vachement divergé. J’ai tenté de montrer les pour et les contres sans prendre position, ce qui n’est pas facile.

  3. Théo dit :

    bravo pour ce post ! un test très complet on en voie plus de nos jours ..
    Moi même qui ai (presque) fini infamous ai été surprit par le fait que j’ai oublier pleins de détail dans le test ;)

  4. Aleks dit :

    Superbe test, merci :) Perso, j’ai été plutôt de Halo 3, je vais recevoir ODST la semaine prochaine, je verrais bien ce que ça donne ;)

  5. Zhykos dit :

    Merci pour vos commentaires :)

    @Aleks
    Quand je retrouverai internet si tu es intéressée pour faire des parties en live, tu peux me faire signe car je cherche des ami(e)s pour faire des soirées en Firefight et en campagne ;)

    PS. Cet appel est aussi lancé aux autres lecteurs ;)

Laisser un réponse

*

*


trois + 1 =