VIDÉO TEST : Alan Wake (Xbox 360)

Publié le: juin 27 2010 par Zhykos

Voici un test qui a mis longtemps à sortir suite à divers problèmes techniques mais le voilà enfin. J’espère pouvoir vous montrer un peu plus comment Alan Wake est bon afin que vous puissiez vivre l’aventure du célèbre écrivain. Bien-sûr le jeu n’est pas exempt de défauts mais il reste une valeur sûre de ce début d’année.

5 ans déjà …

Et oui, voilà 5 ans que le projet Alan Wake vu le jour dans les lointaines contrée de Finlande. Remedy, installé dans ce pays scandinave, décida de laisser de côté la licence Max Payne pour révéler un nouvel héros : Alan Wake. C’est lors de l’E3 2005 que le jeu fut montré au public. 5 ans plus tard, le 14 mai 2010, le jeu sortait enfin. Ce fut un soulagement pour beaucoup et une belle découverte pour d’autres, dont moi. Je vous avoue que je n’avais jamais fait très attention à ce jeu car je croyais qu’il souffrait du syndrome Duke Nukem :D Il a donc fallu 5 longues années aux 50 personnes environ du studio finnois pour nous concocter ce bon jeu.

Survival horror ? Action – Aventure ? … Un peu de tout

J’ai tellement vu de personnes dire que ce jeu fait peur que je suis presque obligé de dire que c’est le cas. Personnellement j’ai une impression de la peur un peu différente des personnes avec qui j’ai parlé mais si on prend la définition de wikipédia c’est effectivement le cas :

La peur est une émotion ressentie généralement en présence ou dans la perspective d’un danger.

Donc Alan Wake est un jeu qui peut faire peur car l’atmosphère globale est très pesante, on a l’impression que des ennemis peuvent survenir de toute part.

En plus de cette ambiance, tous les éléments sont réunis pour vous tenir en éveil constant : lumières qui éclatent, corbeaux qui surgissent, tornade d’ombre noire, chutes de véhicules non identifiés, attaques multiples (humains possédés ou autres), etc.

Heureusement certains passages dans la lumière nous viennent en aide et nous permettent de lâcher la pression.

De quoi ça parle ?

J’ai préféré vous parler plutôt de ce qu’est Alan Wake à la place de qui c’est. Et oui Alan Wake n’est pas seulement le nom du jeu, c’est aussi le nom du héros du jeu éponyme. Alan est un écrivain à succès mais sa gloire se retrouve amoindrie car il n’arrive plus à écrire. La mort de son personnage fétiche Alex Casey est sûrement l’une des causes de son manque d’inspiration. On apprend un peu plus de choses sur cela avec la version collector du jeu et j’ai un conseil pour les personnes qui souhaiteraient se le procurer si ce n’est pas fait : ne regardez ou ne lisez en aucun cas les bonus avant de faire le jeu !

Dans cette détresse, Alan et Alice, sa femme, décident de prendre des vacances à Bright Falls qui deviendra le terrain de jeu de cette aventure vidéoludique. Tout commença correctement jusqu’à la disparition d’Alice qui s’avère être un enlèvement. Les ravisseurs veulent en échange un manuscrit écrit par Wake mais ce dernier ne se souvient pas de l’avoir fait. C’est là que l’aventure prend son tournant.

Wake va donc se retrouver à la poursuite des kidnappeurs et du manuscrit. Sur sa route il va rencontrer des hommes et femmes bizarres et qui sont possédées par ce qu’on appelle l’Ombre Noire. Cette ombre permet aux humains et objets d’être contrôlés et invincibles. Pour détruire cette protection il faut utiliser une source lumineuse, ensuite il est possible de tuer la personne avec une arme. Le jeu se base donc sur un jeu d’ombre et lumière impressionnant.

Le livre dont vous êtes le héros

Ce titre reflète très bien le jeu : Alan a écrit un manuscrit dont tout ce qui est écrit dedans se déroule ou va se passer. Vue comme ça c’est ultra bateau comme scénario mais vu de l’intérieur c’est complètement différent. Remedy a réussi à créer un univers complet et totalement crédible. Ce n’est pas facile de faire de la science fiction dans un monde réel et l’amener à un point si poussé n’est pas aisé non plus.

Le scénario souffre un peu de points étranges et d’autres totalement évidents qu’on en ressort déçu sur la fin. Oui j’ai surkiffé au début mais comme tout prend forme rapidement, cela devient juste du shoot jusqu’au grand final. Dommage.

Le gameplay réussi

C’est dommage d’autant plus que le gameplay est nickel. Comme le dit Nozgarde dans la vidéo : « Alan Wake est ce qu’aurait dû être Alone in The Dark dernier du nom ». Le titre d’Ubisoft souffrait d’un gameplay atroce, pour le peu que j’ai vu. Alan Wake fait dans : simplicité = armement + lampe.

Ici pas de combinaison à la one again pour passer telle ou telle zone : on prend son courage à deux mains et c’est parti ! Son courage s’appelle ici « lampe torche » et c’est elle qui va nous permettre d’aller de l’avant. Sans elle attendez-vous à une mort certaine : comme je le disais la lumière vous permet de détruire la défense des ennemis et après il vous reste plus qu’à les tuer (plus de détails dans la vidéo). À part ça, je n’en dis pas plus car nous donnons beaucoup d’informations dans la vidéo.

Conclusion

Comme il s’agit d’un jeu axé sur la peur, vous n’aurez peut-être pas envie de tenter l’aventure. Je dis que c’est une bêtise car Alan Wake est un très bon jeu. J’ai donné quelques un de ces défauts comme son scénario un peu bancal parfois mais dans l’ensemble c’est super. Malheureusement, on peut regretter un doublage français en deçà de la qualité globale, des passages en voitures chiants ou l’obligation de finir le jeu en difficulté maximale pour avoir Departure au complet (Departure est le manuscrit qu’Alan a écrit sans s’en souvenir).

Malgré ces points noirs, je vous conseille Alan Wake car outre les frissons ressentis, vous allez vous attacher à cet héros hors du commun qui pousse les limites de l’imaginable pour sauver sa femme. De plus le jeu peut se vanter d’avoir une durée de vie respectable (environ 10 heures) et d’avoir des graphismes plus que correctes quand on sait qu’ils utilisent un moteur maison (les passages en forêt sont magnifiques).

Pour finir je tiens à rappeler que le premier DLC , du nom de The Signal et qui sera gratuit pour ceux ayant la version collector, sera disponible le 27 juillet 2010.

Chapeau à Remedy et sa petite équipe. On attend la suite avec impatience !

Note : 8 / 10 (légende des notes)

Filed under: Test
Tags: , , ,

2 Commentaires to “VIDÉO TEST : Alan Wake (Xbox 360)”

  1. Aleks dit :

    J’ai vraiment adoré ce jeu (même si je n’ai pas tout à fait compris la fin…), vivement la suite ;)

  2. Zhykos dit :

    @Aleks
    Justement la fin fait partie des points noirs scénaristiques car je n’ai pas compris non plus. Heureusement que l’on peut revoir les vidéos à volonté et peut-être que je pigerai quelque chose ^

Laisser un réponse

*

*


− 2 = sept